• 01. Le silence des anges

    «La nuit noire rend fantomatiques les formes et les contours des arbres décharnés. La lune est encore haute et baigne la canopée d’une lumière laiteuse. Le silence est total mis à part le craquement sec des feuilles mortes qui tourbillonnent au gré des caprices du vent. Pieds nus une jeune fille aux cheveux d’argent court à perdre haleine au cœur de la forêt dont l’obscurité estompe les couleurs et les ombres en une seule entité floue et gigantesque. Elle se dissimule derrière un chêne centenaire pour reprendre son souffle. Elle doit fuir, peu importe le lieu pourvu que personne ne la retrouve… »

      -Mademoiselle de Servian !  Louise se réveilla en sursaut, le dos trempé de sueur. Elle réalisa que tous ses camarades la fixaient avec inquiétude. Des gloussements fusèrent. Elle leva les yeux vers Madame Rosenberg sa professeure de maths qui la toisait avec condescendance, les bras croisés : 
    - Excusez moi Madame je… 
    - Vous n’êtes pas excusable pour ce manquement latent à vos devoirs de déléguée de classe Louise. En tant que telle vous représentez la terminale ES a dans son entièreté et la moindre des obligations qui vous incombent est de montrer l’exemple. 
    Louise poussa discrètement un imperceptible soupir las : elle ne pouvait pas nier qu’elle rêvassait quelques minutes auparavant mais cela se produisait la plupart du temps contre son gré dans des situations relativement embarrassantes. Au beau milieu d’un devoir surveillé d’économie qui était pourtant sa matière de prédilection. Pas plus tard que la veille lorsqu’elle s’était évanouie dans le métro. Quand elle était en pleine conversation avec Charles son futur fiancé le fils d’un riche aristocrate dans les élégantes réceptions que donnaient ses parents chaque mois. 
    - Nous allons accueillir un nouvel élève et j’attends beaucoup de vous pour ne pas ternir à ses yeux l’image de notre cher lycée. Il devrait arriver d’une minute à l’autre à présent.  Tous les regards se focalisèrent sur la porte vitrée de la salle de cours. Les trente futurs bacheliers de la terminale ES a s’astreignirent à attendre la venue du nouvel élève dans un silence religieux.  Des bruits de pas feutrés résonnèrent dans le couloir.  Des mumures parcoururent l'assemblée: 
    « Je suis sûre qu’il ferait un bon parti » 
    « Pourvu que ses parents soient fortunés » 
    « Je suis curieuse de savoir là où il étudiait auparavant » 
    Le bruit de pas se rapprocha et finalement la porte coulissa. 
    - Bonjour, êtes vous Madame Rosenberg? prononça une voix aux intonations délicates. 
    - Elle même en effet. Vous devez être le nouvel élève, bienvenue parmi nous.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :